Super Minitel : suite et fin
Publié le 22 septembre 2016

J’en parlais récemment, j’ai profité de mon temps libre de ces dernières semaines pour apporter la touche finale à mon Super Minitel. Le résultat est plutôt probant, bien qu’il y ait des améliorations à apporter, à mon humble avis.

Ajout d’un support pour Raspberry Pi

J’ai ressorti mon bon vieux OpenScad afin de concevoir un support pour tenir le Raspberry Pi et sa carte d’adaptation vidéo/clavier dans le Minitel. J’ai opté pour une fixation par collage sur le Minitel, avec un espace pour laisser passer le connecteur de clavier. Le Raspberry Pi est fixé avec un vis, tandis qu’un ergot vient se loger dans le second emplacement de vis et empêcher tout mouvement.

Je l’ai ensuite imprimé sur ma Prusa i3, puis testé à blanc avec le Raspberry Pi. J’ai enfin monté le tout dans le Minitel, en prenant soin de maintenir l’ensemble avec des pinces serrantes. C’est franchement pratique ces pinces, j’ai découvert leur utilité grâce à Babozor et ses conseils de la Grotte du Barbu !

Après une nuit de séchage, j’ai pu fixer le Raspberry Pi dessus et tester le bon fonctionnement du clavier rétractable (qui passe du coup en dessous du Rasp).

Intégration du son

Après avoir commandé tout un lot de composants pour ajouter un ampli audio dans le minitel et les avoir soudé, j’ai pu tester le rendu. C’est pas trop mal, mais il y a un *shhh* de fond qui est plutôt gênant, ça doit être du au fait que mon ampli n’intègre pas de filtre ... Ceci dit en ajustant correctement le volume, on ne l’entend quasimment plus.

Pour la fixation, même recette que précédemment : j’ai conçu un support adapté au PCB (avec une seule vis pour la fixation, j’ai été radin), je l’ai imprimé et collé dans le Minitel.

Le rendu son n’est pas merveilleux, mais ça donne un bon vieux son old school, j’aime bien :). Pour terminer, j’ai conçu et imprimé un guide de perçage afin de faire des petits trous sur le côté du Minitel à l’endroit où se trouve le haut-parleur afin de laisser le son se diffuser.

Je l’ai imprimé, et je m’en suis servi de guide pour percer les trous sur le Minitel. Le rendu est très propre, et n’a nécessité aucun tracé particulier, juste la fixation du guide avec une pince auto-serrante.

Déco finale

S’il y a bien un domaine dans lequel je suis une quiche, c’est la déco. Je suis une bille en peinture, pochoirs, dessin, etc. Mais je ne voyais qu’une seule manière de décorer ce super Minitel : repeindre la carcasse en blanc cassé, et peindre un sigle « Super Minitel » au pochoir.

J’ai donc commencé par concevoir un pochoir sur Inkscape. En reprenant des polices de Nintendo et en bidouillant un peu, j’ai réussi à imprimer un motif noir sur blanc sur du papier photo. Après un petit tour chez Cultura pour acheter de la peinture en bombe et à pochoir, quelques babioles et de la colle repositionnable en spray, j’ai entamé à la main la découpe des caractères. Un bon gros fail. Peu de précision malgré l’utilisation d’un cutter très fin, et l’encre bavait sur mes mains. Il fallait trouver autre chose.

Je me suis rabattu sur l’impression 3D : en effet, quoi de mieux que d’imprimer un pochoir en 3D et de s’en servir pour peindre le motif ! C’était sans compter deux éléments importants pour des pochoirs. Le premier, c’est que lorsque l’on crée des pochoirs, on ne peut pas raisonnablement réaliser de belles lettres possédant des vides, comme les lettres P ou R. On est obligé de laisser une liaison pour que la partie masquant l’intérieur "tienne". Le rendu en est forcément moins bon. Second point, il doit être assez fin pour masquer et tenir correctement sur le support. Avec l’imprimante 3D, imprimer fin c’est imprimer pour rien. Lorsque l’on décolle le motif imprimé, il se plie et généralement cette déformation reste. C’est du plastique (PLA dans mon cas), donc assez difficile à reformer, et la colle repositionnable n’y a rien fait. Il ne me restait qu’à tester mon pochoir épais (1mm) afin de voir si le rendu serait correct.

Ma dernière erreur avec les pochoirs a été de penser que la colle repositionnable c’était LA solution. En réalité, elle a créé des petits points de colle sous le pochoir, et l’encre s’est enfournée sous le pochoir à cause de l’irrégularité de celui-ci et de l’espace vacant laissé par la colle en spray. Merci les tutos Youtube, mais cette fois-ci ça ne m’a pas aidé. heureusement que j’avais fait des tests sur carton et papier avant de me lancer sur le Minitel...

J’étais pas loin d’abandonner quand j’ai eu une idée toute simple : pourquoi ne pas imprimer les lettres avec l’imprimante 3D et les coller de façon jolie sur la carcasse du Minitel ? De cette façon, on obtient un effet de relief et un beau contraste blanc cassé/noir qui est du plus bel effet (enfin je crois). J’ai donc modélisé les lettres en convertissant le modèle SVG en SCAD (merci paths2openscad !) et les ai imprimé à l’envers pour que le côté lisse corresponde à la partie visible (de face) et donne un rendu moins "imprimante 3D". Le résultat est très probant je trouve.

j’ai ensuite placé les lettres, les ai collé et ai attendu que cela sèche. J’ai fait l’erreur de marquer l’alignement au crayon papier, et cela se voit encore un peu de très près, c’est dommage. Je prendrais une équerre pour le prochain exemplaire et ne tracerai aucun trait, cela sera plus propre.

Résultat final

Au final, j’ai un Super Minitel qui ressemble exactement à ce que je voulais, qui accepte jusqu’à deux manettes Super NES en USB (pratique pour Street Fighter, mais on peut aussi jouer grâce au clavier), et qui attire la curiosité avec son aspect "presque" Super Nintendo.

Je vais le beta-tester à la maison afin de déceler de potentiels défauts de conception avant de le donner à un généreux soutien du projet OpenIt, et d’en faire deux autres pour les deux autres soutiens ayant choisi cette récompense.

Il me reste encore quelques Minitels un brin différents à la maison, certainement l’occasion de me faire la main sur la soudure CMS à air chaud ;). Il me faut absolument un exemplaire à la maison, et les minis-moi auront obligation d’y jouer (vous en conviendrez : Super Mario World, Street Fighter II, Bomberman 3 et Worms sont des jeux formidables \o/).

Ah et si vous voulez tenter de reproduire ce hack, j’ai mis des ressources à disposition (majoritairement les PCBs, les fichiers de conception 3D ainsi que le software permettant d’interfacer le clavier). Il manque encore des éléments (comme la liste des composants pour les PCBs, mais ça viendra — il y aura peut-être des modifications suite au beta-test).